Bien choisir sa solution de piégeage connectée

piégeage connectée

Le piège connecté est une véritable solution qui simplifie la vie aux piégeurs. Vous avez désormais le contrôle de votre cage à renard via une application depuis votre smartphone. Cela vous dispense des visites de cage a renard tous les jours. Retrouvez dans cet article les critères à prendre en compte pour bien choisir votre piégeage connecté.

La consommation énergétique du piège à ragondin : principal critère de choix

La forte consommation énergétique des premiers modèles de ce type de piège était considérée comme un défaut majeur. Depuis un certain moment, de nombreux modèles plus performants sont disponibles sur le marché. Le changement régulier des piles est une véritable contrainte lorsque vous résidez loin du lieu de pose de votre piège. Pour cela, vous devez prendre en compte la consommation énergétique lors de l’achat de votre piège à ragondin. Vous devez donc bien vérifier la durée de vie de la batterie de votre appareil. Votre piège à rat doit rester actif sur une longue durée sans avoir besoin de recharger fréquemment la batterie. Cette autonomie est d’autant plus importante si votre piège est doté de nombreuses fonctionnalités, notamment celle de la transmission d’image par Email ou par MMS. Certains piège à rat ont une autonomie de 6 mois. Il faut préciser que les pièges capables de transmettre des images par EDGE, GPRS ou GMS sont plus énergivore. En effet, l’usage de la connexion en permanence amplifie la consommation. Il est aussi conseillé de disposer d’une bonne connexion internet afin de faciliter la transmission des photos. Retrouvez plus d’informations sur les fonctionnalités des pièges connectés en consultants le site digitrap.fr.

L’objectif de la caméra et le détecteur de mouvement

Un objectif panoramique vous garantit un large champ de vision. En effet, le rat musqué et d’autres ravageurs sont assez vigilants et peuvent facilement sentir la présence d’un appareil perçu par ces derniers comme un danger. Votre appareil doit donc être équipé d’un objectif ayant une large vision pour mener à bien la chasse. L’objectif de la caméra reste donc un critère de choix très important. Plus l’angle de l’objectif est élevé, plus les prises de vues et les vidéos seront de bonne qualité. L’angle diffère d’un modèle de cage a ragondin à un autre et varie souvent de 60 degrés à 120 degrés.

Pour choisir l’angle idéal, vous devez tenir compte de votre champ d’activité ainsi que de vos besoins. Si c’est juste pour juste filmer les nuisibles qui circulent à proximité, vous pouvez opter pour un objectif ayant un petit angle. En dehors de l’angle, vous devez également prendre en compte la résolution des images. La qualité des vidéos et des images transmises par votre appareil dépend aussi de la taille du capteur CMOS. Elle varie souvent de 5 à 16 méga-pixels. De même, avec certains modèles, vous aurez la possibilité de régler la sensibilité du détecteur. Cela vous permettra de sélectionner le type de nuisible à capturer dans vos filets. Une grande sensibilité vous permettra de capturer les gros nuisibles distants et les petits sujets qui rodent à proximité. Une basse sensibilité conditionne la prise de vue aux passages de gros animaux. Certains appareils offrent 3 niveaux de réglages.

Le type de flashs

Pour obtenir une meilleure qualité de photos du rat musqué qui se balade à proximité, vous devez également accorder une attention particulière au type de flashs choisis. Sur le marché, on retrouve trois types de flashs (blancs, infrarouges et lumières noires). Les flashs blancs vous permettent d’obtenir de bonnes photos durant la journée. Par contre, les flashs infrarouges assurent une meilleure prise de vues durant toute la nuit. Ils sont peu discrets, mais assez efficaces. Ceux de lumières noires sont considérés comme la meilleure solution. Ils offrent une bonne qualité d’image la nuit avec une discrétion optimale. Pour connaitre la puissance d’éclairage de l’appareil, vous pouvez regarder le nombre de LED dont il est équipé. Il faut préciser que le cycle lunaire et la météo influencent parfois la qualité des clichés, peu importe le type de flashs choisi. Le brouillard ou la pluie agissent comme des réflecteurs et pourront diffuser l’éclat du flash. Cela entraine une dégradation de la netteté des images. Quant à la lune, elle agit sur la pertinence des détails.

Temps de déclenchement ou réactivité

Le temps de déclenchement représente le temps mis par l’appareil pour s’activer au passage d’un nuisible dans son champ de détection. En effet, pour réduire sa consommation énergétique, l’appareil observe un temps de veille entre deux détections. Au passage d’un nouveau rongeur, l’activation des systèmes d’analyse et de mesure de votre appareil doit être rapide afin de déclencher la prise de vue. Ce temps peut être influencé par le niveau de charge et la température extérieure. Pour cela, il est conseillé d’opter pour les appareils dont le temps de déclenchement (la réactivité) est inférieur à 1 seconde.

Il faut noter également que certains modèles offrent uniquement un cliché par détection. Cela empêche parfois une bonne analyse des images. Pour cela, vous pouvez opter pour un piégeage qui vous permettra de paramétrer le nombre de clichés par détection. Cela favorise l’identification du sujet sur les photos au cours des surveillances stratégiques. Avec l’option retardateur, vous pouvez espacer les prises de vue. De même, certains appareils vous offrent la possibilité de prendre les photos et les vidéos de façon simultanée.

Les techniques